Dopage
olympique

Outre les valeurs humaines qui leur sont attachées (esprit Coubertin), les Jeux Olympiques sont la célébration, par excellence, du corps et de ses prouesses. Ils sont aussi, de ce fait, une compétition féroce. Le succès des JO augmentant à chaque olympiade, des pressions de toutes sortes (politiques, commerciales, etc.) s’exercent alors à l’endroit des sportifs. Leurs préparations et entrainements visent une amélioration permanente de leurs conditions et performances physiques ; cela passe notamment par une alimentation stricte, des exercices sportifs intensifs, ainsi que le recours à des substances chimiques certaines tantôt licites (parfois douteuses) et tantôt très clairement prohibées.

Performances
Salies

Dès 1967 (soit juste avant les jeux de Mexico en 1968), le Comité International Olympique (CIO) décida d’interdire certains produits améliorant significativement les performances physiques. La même année, le CIO mit en place les premiers contrôles anti-dopage, et commença à répertorier les substances interdites. En cas de dopage, des sanctions lourdes sont mises en place à l’encontre des sportifs allant de l’interdiction temporaire de participer aux compétitions jusqu’au retrait des médailles. Entre 1968 et 2016, 155 médailles ont été retirées aux sportifs s’étant dopés, désormais le CIO dresse la liste des pays les plus enclins à l’utilisation des substances illicites.

Substances
star

On retrouve des substances « stars » ayant (en un sens) gagné en popularité année après année. Les stéroïdes anabolisants sont les plus utilisées en raison de leurs effets significatifs sur la performance et la confiance en soi. Ils permettent notamment à l’athlète de ne pas ressentir de douleurs articulaires lors de ses multiples entraînements.

Les données suivantes se lisent en pourcentage. La seringue représente les substances les plus utilisées chez les sportifs corrompus.

Course
aux substances

Les substances utilisées changent presque à chaque olympiade – ceci en fonction des avancées médicales. Certaines ont disparues, d’autres sont apparues et se sont installées plus durablement. C’est une course sans fin entre les sportifs (ainsi que leurs préparateurs) et les organismes de contrôles pilotés par le CIO : l’enjeu pour les fraudeurs est alors de trouver les substances encore non-détectables.
Pour déjouer cette triche, le CIO a mis en place une procédure consistant à vérifier rétroactivement la bonne foi des sportifs – des échantillons de sang et d’urine sont conservés plusieurs années afin d’être analysés parfois 10 ans plus tard.

Les données suivantes se lisent en pourcentage. Sur chacune de ces années olympiques, on retrouve la répartition des substances détectées chez les sportifs.

Sportifs
corrompus

En étudiant les cas de sportifs déclarés « positifs » au contrôle anti-dopage, les études du CIO ont prouvé que les stéroïdes anabolisants étaient massivement utilisés par les pays tricheurs. Certaines substances n’ont pas encore été détectées, mais des cas de suspicions ont révélé des anomalies dans les échantillons de nombreux sportifs. Il est soupçonné que des pays tels que les États Unis, l’Autriche et la Russie ont découvert de nouvelles substances dépassant encore les techniques actuelles de dépistage du CIO.

Les données suivantes ne se lisent pas en pourcentage. Chaque sportif controlé positif est représenté par le chiffre 1. Lorsque plusieurs sportifs sont dopés à la même substance, ce chiffre augmente.


Crédits

Photographies, illustrations, textes, mise en page : Marjorie Garry & Léa Lemierre


Sources

La Croix

« La Russie n’a pas inventé le dopage d’État »


Futura Science

- Pourquoi l’EPO est-elle dangereuse ?

- Le clenbutétol, produit dopant


France Info

- Ce que révèle le rapport qui accuse la Russie de "dopage d'Etat" (et pourrait entraîner son exclusion des JO)

- Dopage : Une substance interdite découverte dans les urines de sprinteurs jamaïcains de Pékin 2008

- Russie: le spectre du passé ressurgit avec le scandale du dopage


Le Monde, les décodeurs

- Dopage : plus de cinquante médailles olympiques retirées depuis 2000

- Dopage et antidopage dans les compétitions sportives, mode d’emploi


Le Nouvel Obs

La Russie exclue des JO ? Stéroïdes, xénon... Ce pays a toujours été à la pointe du dopage


Statista

Nombre de médailles retirées pour dopage aux Jeux Olympiques (JO) de 2000 à 2016, par pays


Sciences Avenir

Dopage : les sportifs de la RDA, une "catastrophe"


Wikipédia

- Dopage en Russie

- Doping at the Olympic Games


World Anti-doping Agency

- 2015 Anti‐Doping Testing Figures Samples Analyzed and Reported by Accredited Laboratories in ADAMS